Rhum AOC Martinique

Illustration Rhum AOC Martinique

La Martinique, surnommée « l’île aux fleurs » est une île située dans les Caraïbes, et plus précisément dans l'archipel des petites Antilles. C’est un département français qui a pour chef-lieu Fort-de-France. Pour la petite histoire, elle a été découverte par l'explorateur Christophe Colomb le 15 juin 1502.

Le rhum est une eau-de-vie produite à partir de canne à sucre. En Martinique, on produit quasi exclusivement du rhum agricole (rhum z’habitant). Pour qu’il soit qualifié d’agricole, il faut donc que le rhum ait été obtenu à partir de jus de canne à sucre frais uniquement. Généralement, la canne a été récoltée le jour-même pour garantir une fraîcheur optimale.

Entre 1970 et 1990, la consommation de rhum en France métropolitaine a été divisée par deux. Afin de protéger le rhum agricole de Martinique, et d'obtenir dans l'esprit du consommateur un statut de boisson haut de gamme compatible avec son coût plus élevé, la décision a été prise de faire campagne pour obtenir une Appellation d'Origine Contrôlée (AOC). C'était également l'occasion d'apporter la reconnaissance de la typicité du produit et d'un savoir-faire unique.

La décision de demander une Appellation d'Origine Contrôlée (AOC) a donc été prise dès 1975. Le précieux sésame sera délivré par décret le 5 novembre 1996. C’est le premier alcool blanc produit en dehors de la France métropolitaine à bénéficier d’une telle mesure. Cette appellation encadre le type des cultures, les techniques de production et même la distillation afin de garantir l'authenticité du produit.

Envie de tout comprendre et tout savoir l'AOC Martinique ? Toutes les informations dans cet article.

AOC Martinique, c'est quoi ?

Mode de culture

Le rendement des parcelles est limité à 120 tonnes de cannes à sucre par hectare, ce qui a pour but de réduire l'utilisation d'engrais. Les épandages permettant de fertiliser la terre sont interdits. L'irrigation et l'arrosage des cannes à sucre sont interdits entre le 1er février et la date de la récolte. Les parcelles peuvent être arrosées par l'action de l'homme au maximum 6 mois par an. Le reste de l'année, l'arrosage des parcelles est dépendant des précipitations. La récolte s'effectue manuellement ou mécaniquement suivant les exploitations, du 1er janvier au 31 août. Le type de culture est également encadré dans le cahier des charges de l'AOC. Seul un nombre limité de variétés est autorisé. On peut notamment citer la Paille (R 570), la Zitak (B 80 08) ou encore la Roseau (B 59 92).

Les parcelles de culture doivent se situer dans l'aire géographique limitée par le cahier des charges de l'AOC. Cette zone est mise en valeur, en orange, sur la carte de l'article, ci-dessous.

Distillation

Les rhums reconnus AOC Martinique sont nécessairement et exclusivement élaborés à partir de pur jus de canne à sucre frais, aussi appelé vesou. On parle alors de rhum agricole.

La distillation est également encadrée par le cahier des charges de l'AOC Martinique. Elle doit s'effectuer dans une colonne Créole (multi-étagée continue avec reflux). Le chauffage est réalisé uniquement par introduction de chaleur. La rectification est interdite. Le cahier des charges précise la dimension et le nombre de plateaux dans la colonne.

La distillation doit s'effectuer entre le 2 janvier et le 5 septembre. Le Titre Alcoométrique Volumique (TAV) doit être en sortie de distillation entre 65 et 75 %. Lorsque le rhum est prêt à être commercialisé, il doit être entre 40 et 75 %.

En Martinique, pour prétendre à l'AOC, chaque rhum passe en dégustation à l'aveugle devant un jury de cinq experts. En cas de modification de la typicité trop marquée, les rhums ne peuvent prétendre à l’AOC.

Catégorisation des rhums

Blanc

  • Le rhum doit avoir un Taux de Non Alcool (TNA) supérieur ou égal à 225g/HAP (Hectolitre d'Alcool Pur)
  • 6 semaines minimum de brassage/réduction en cuve en inox avant embouteillage
  • Pas d'obligation d'embouteillage et étiquetage sur place

Élevé sous bois (ESB)

  • Le rhum doit avoir un Taux de Non Alcool (TNA) supérieur ou égal à 250g/HAP (Hectolitre d'Alcool Pur)
  • Vieillissement de 12 mois minimum en foudre de chêne
  • Pas d'obligation d'embouteillage et étiquetage sur place

Vieux

  • Le rhum doit avoir un Taux de Non Alcool (TNA) supérieur ou égal à 325g/HAP (Hectolitre d'Alcool Pur)
  • Indication de l'âge du plus jeune rhum en cas d'assemblage
  • Obligation de conditionnement sur place

Catégorisation des rhums vieux

  • VO (Very Old) : Vieillissement de 3 ans minimum en fût de chêne.
  • VSOP (Very Special Old Pale), Réserve Spéciale, Cuvée Spéciale ou Très Vieux : Vieillissement de 4 ans minimum en fût de chêne.
  • XO (Extra Old), Extra Vieux, Hors d'Age, Grande Réserve ou Millésimés : Vieillissement de 6 ans minimum en fût de chêne.

L'ajout de sucre est totalement interdit. Néanmoins, il est possible d'ajouter du caramel pour adapter la coloration du rhum. Par contre, le degré d'obscuration ne doit pas dépasser 2% (environ 7g de sucre par litre).

Les finitions sont possibles si elles sont en adéquation avec le taux d'obscuration et le jury de dégustation.

Les marques de rhum de Martinique

Carte rhum AOC Martinique

HSE

L'histoire de l'Habitation Saint-Etienne (HSE) remonte au début du XIXe siècle. La Maugée n'était alors qu'une sucrerie qui s'étendait sur plus de 400 hectares, du Gros-Morne jusqu'à Saint-Joseph, en Martinique. C'est sur cette exploitation que la distillerie Habitation Saint-Etienne (HSE) vit le jour. En effet, suite au rachat de la sucrerie en 1882 par Amédée Aubéry, elle est convertie en distillerie. Ce jeune industriel ambitieux modernise les infrastructures. Une série de propriétaires se succèdera à la tête de l'entreprise jusqu'en 1994. L'exploitation est rachetée par Yves et José Hayot qui décident de relancer la marque Habitation Saint-Etienne et de mettre en avant les trois lettres symboles : HSE. La distillerie est experte dans le vieillissement et l'élevage du rhum. Elle innove régulièrement avec des éditions spéciales afin d'obtenir des rhums uniques.

Découvrir les rhums HSE

La Favorite

La distillerie La Favorite cultive aujourd'hui 62 hectares de cannes à sucre. Cela ne couvre pas entièrement les besoins de la distillerie. Le complément est fourni par des planteurs indépendants. Cependant, 100% de la coupe de la canne à sucre est réalisé manuellement (avec un coutelas). Dans ces conditions, la canne à sucre est plus fraîche et de meilleure qualité. De plus, les racines sont moins abîmées, ce qui favorise la repousse. La Favorite élève ses rhums dans des fûts de chêne ayant contenu par le passé du whisky ou du cognac, qui ont extrait les tanins les plus agressifs.

Découvrir les rhums La Favorite

La Mauny

L'histoire de la Maison La Mauny est très ancienne et remonte au milieu du XVIIIe siècle. En 1749, Ferdinand Poulain, Comte de Mauny, issu de la noblesse bretonne mais également conseiller du Roi de France, débarque sur l'île de la Martinique. Ce dernier tombe amoureux de la fille d'un planteur de l'île, qui possède un domaine situé à Rivière Pilote, au Sud de l'île. Une fois la belle épousée, le domaine est renommé : Domaine La Mauny. Le domaine se consacre à la production de sucre et produit en complément du tafia, l'ancêtre du rhum. En 1820, une distillerie est créée. Le Domaine La Mauny produit alors du rhum agricole, élaboré à partir du jus de canne frais, de la plantation.Les rhums La Mauny sont une magnifique illustration du savoir-faire des distilleries de l'île de la Martinique. Pour preuve, la distillerie a été récompensée à de nombreuses reprises dans différents concours internationaux.

Découvrir les rhums La Mauny

Les autres distilleries de Martinique sont les suivantes : Clément, Depaz, Dillon, JM, Saint James, et Trois Rivières.

Découvrir tous les rhums de Martinique

Publié avec passion et panache le 31/01/2019.

Chèque cadeau Klac

Le chèque cadeau Klac est la bonne idée qui fera plaisir à tous les coups !